Interview de Jérôme D’Aviau : « L’album hybride »

Pour la sortie de sa nouvelle BD « Samedi soir, dimanche matin » (BookBeo Ed.), Jérôme D’Aviau a accepté de répondre à quelques questions de notre part sur son concept novateur : « l’album hybride ». Ici, il convient de se munir de son smartphone en lisant son album…

Album hybride de D'Aviau
Smartphone, QR Codes et BD au programme © D’Aviau

Lire sur un téléphone sur une BD : superflu ? Peu pratique ? Mais pas du tout ! C’est une nouvelle dimension narrative qui apparaît ! Imaginez : de samedi soir à dimanche matin, deux personnages se rencontrent, s’attirent, ou se repoussent. Cette histoire simple, quotidienne, vous pouvez la lire dans votre album de bd. Maintenant, si vous souhaitez connaître les ressorts de cette rencontre, en apprenant ce qu’il se passe dans leur tête, ce qu’ils ressentent, il vous suffit de lire les QR Codes, et de voir au travers de contenus multimedias les pensées qui les traversent.

EspritBD : As-tu eu des sources d’inspiration pour ce projet ? Qui en particulier ?

Jérôme D’Aviau : Vu le projet, l’idée de départ n’était pas ce qu’on allait raconter ou comment j’allais le dessiner, mais bien le principe de double lecture. On est donc parti avec Ninon d’une idée directrice qui a sous tendu toute l’écriture.

Couverture du livre de D'Aviau : "Samedi soir, Dimanche matin"

Couverture de "Samedi soir, Dimanche Matin" ©D'Aviau

EspritBD : Préconisez-vous un sens de lecture particulier ? 

J. D’Aviau : On a conçu le livre pour une première lecture strictement papier, puis relecture avec les QRCodes. Mais on ne sera pas derrière chaque lecteur, et chacun découvrira l’histoire comme il le sent. C’est aussi l’intérêt de ce genre de projet, devoir le penser en sachant que c’est le lecteur qui décide au final.

EspritBD : Quel a été le point de départ de ce livre ? L’envie de raconter une histoire autrement ?

J. D’Aviau : Le point de départ du livre a été l’idée de Bookbéo de faire du livre augmenté. Ils m’ont contacté parce qu’ils savaient qu’ayant travaillé auparavant dans les jeux vidéos, j’étais à même de travailler sur ce genre de projet multimédia. De mon point de vue, ça a été plutôt un travail de commande, même si j’ai été tout à fait libre dans sa conception avec Ninon.

Une planche de "Samedi soir, Dimanche matin" de D'Aviau

Quelles pensées secrètes traversent les têtes de nos deux protagonistes ? ©Jérôme D'Aviau

EspritBD : Pour cet album hybride, parlerais-tu de bd numérique ? Ou utiliserais-tu un autre terme ?

J. D’Aviau : J‘aime bien le terme « projet hybride », et c’est comme ça que j’en parle. Mon travail pour lesautresgens.com est de la BD numérique, là le support papier reste la base.

EspritBD : Est-ce un coup d’essai ou imagines-tu utiliser cette technologie dans d’autres albums, chez d’autres éditeurs plus classiques ?

J. D’Aviau : Je trouve l’idée intéressante et pleine de possibilités. Je ne sais pas encore ce que ça donnera, mais j’ai des idées sur comment utiliser cette technologie, voire des envies qui pourraient donner des projets. Et, tant qu’à faire, je préfère travailler avec ceux qui se sont lancés dans l’aventure plutôt qu’avec ceux qui vont essayer d’en profiter derrière, c’est mon côté romantique. Pour moi les éditeurs « plus classiques » ne comprennent rien à ce qui se passe avec le numérique et malheureusement ne prennent absolument aucun risque. Est-ce par peur de se tromper ou par manque de curiosité ? Je ne sais pas. Toujours est-il que ce sont aujourd’hui les auteurs eux-mêmes ou les toutes petites structures qui se chargent de défricher. Et il y a du boulot !

éd. Bookbeo

"Samedi soir, Dimanche matin" publié par les éditions Bookbeo

Intéressés par cet album, nous avons poussé le plaisir jusqu’à en discuter avec son éditeur, bookBeo. Christel Le Coq, Directrice Associée de ces amoureux du papier et du numérique, nous a donné quelques pistes de développement.

EspritBD : Les éditions bookBeo sont spécialisées dans la conception de livres « hybrides » papier/numérique, et « Samedi Soir, Dimanche Matin » est votre première publication. A quelles œuvres pouvons nous nous attendre pour la suite, le QR code sera toujours au cœur du procédé ? Vous ne ferez que des bandes-dessinées ?

Christel Le Coq : Même si nous avons d’autres projets dans la BD, notamment documentaire, nos prochains livres seront pour les enfants, avec une collection ludique qui exploitera évidemment la complémentarité print/multimédia. Nous avons aussi très envie de travailler sur des livres d’histoire, en partenariat avec l’INA, et sur des ouvrages dits « adaptés » intégrant des vidéos en LSF.

La solution bookBeo intéresse également des éditeurs de livres pratiques pour les augmenter de vidéos « techniques » sur la cuisine, le massage, le jardinage… et nous voudrions que tous ceux qui publient des livres sur la musique et le cinéma viennent nous voir ! Bref, mille idées, mille envies !

Côté technique, nous misons encore beaucoup sur le QR Code qui reste le « tag » le plus universel, mais nous travaillons d’ores et déjà sur la reconnaissance d’image qui sera certainement le prochain pont entre le réel et le virtuel.

Cette lecture vous intéresse ? Vous pouvez d’ores et déjà voir ce qu’il en est sur le site des éditions bookBeo. Vous ne serez pas déçus par cette immersion dans le monde du « livre augmenté ».  Ne reste plus qu’à vous souhaiter une bonne aventure ;).

Restez au courant des projets des éditions bookBeo en allant visiter leur page Facebook, ou leur compte Twitter !

Actu EspritBD