MediaEntity sort de l’ombre…

En catimini. C’est ainsi qu’il y a trois semaines apparaissait sur nos radars un OVNI de la BD numérique, qui est peut-être l’acte fondateur d’une révolution nommée MediaEntity. Un mystérieux informateur nous proposait alors de résoudre une énigme, afin d’accéder à cette bande dessinée réalisée en turbomédia, évoquant la perte de notre identité numérique sur les réseaux, le tout avec une intro présentant de furieuses ressemblances avec l’affaire Kerviel (ce trader condamné pour la perte de plusieurs milliards). MediaEntity promettait qui plus est, « une série BD transmédia » ; un thème que nous avons déjà traité et qui ouvre de nouveaux horizons pour la BD numérique. Nous avons immédiatement mis la main sur ses deux intrigants concepteurs, et entendons bien tout vous révéler de LEUR identité (numérique ou non)…

MediaEntity écrans

Des écrans. Beaucoup d'écrans. Et votre identité, là-dedans ?

L’entretien ayant été riche, nous publierons dans un second article une interview d’Emilie Tarascou et Simon Kansara. En guise de brève présentation : Emilie vient du milieu de l’animation et Simon du scénario télé. Après avoir un temps pensé ce récit pour la télévision, ils ont tous deux été séduits par les possibilités de la forme Turbomédia, et notamment par l’œuvre fondatrice de Balak. A partir de là, le support de l’intrigue principale de MediaEntity était tout trouvé, et n’a plus changé dès lors. Intéressons-nous donc à leur bébé, tel qu’ils nous l’ont décrit.

Le cœur du récit est une série BD turbomédia qui fonctionnera comme une série TV, avec des saisons comportant 13 épisodes chacun. L’arche principale quant à elle, court sur au moins 5 saisons, ce qui devrait nous combler pendant de longs mois. Pour le moment, seule la mini-saison d’introduction est en cours de diffusion, dans la mesure où elle sert de test vis-à-vis du public, notamment pour jauger, entre autre, l’intérêt de ce dernier pour la formule Turbomédia + Transmédia.

Trader

Les chiffres défilent à l'écran... Mais qui les contrôle ?

Quid du scénario ? Il est prometteur ! Notre addiction à Internet se retourne contre nous : nos identités en ligne s’autonomisent, se mettent à agir aux dépends de leurs possesseurs… Comment ce phénomène affectera-t-il nos vies réelles ? Dans le premier acte, nous allons être amener à découvrir l’avènement des mutations médiatiques. Regardez plutôt cette bande-annonce, histoire de vous faire une idée :


MediaEntity [bande-annonce] par MediaEntity

Si ce fil rouge sera développé dans la série BD, différents modules viendront se greffer au récit. Transmédia oblige, vous devrez jongler entre les supports… Ces modules tourneront principalement autour de la thématique du jeu : jeu de rôle, jeu de cartes, et ARG (Alternate Reality Games lien). Mais la question de la véracité des images sera régulièrement traitée en filigrane, à travers d’une part, un docufiction en Super 8 (et qui ne sera donc jamais numérisé) et d’autre part, une web-série Open Source, à tourner soi-même donc avec un téléphone portable. A l’instar par exemple de Star Wars Uncut, au cours duquel les 472 séquences réalisées par les fans avaient permis de reconstituer le premier épisode de Star Wars ! Ces modules seront explicités en détail sur le site à la fin de la diffusion de la mini-saison d’introduction…

Ce préambule / pilote est déjà d’une grande originalité, grâce au personnage de Wilhem, qui interagit avec vous dans la vie réelle. C’est un sans-abri complètement accro à l’information, il ne mendie pas pour s’acheter une bouteille de rouge, mais pour payer ses heures de cybercafé. Wilhem veut tout savoir sur tout le monde. C’est un excellent indic, et quand on le croise, on peut être certain qu’il se passe quelque chose d’intéressant dans le coin. Chaque semaine et pendant un mois, il diffusera un nouvel épisode de bd numérique gratuitement sur le site de MediaEntity. Il vous permet aussi de voir les épisodes une semaine avant les autres, mais pour cela, le mot de passe est à deviner grâce à une énigme originale, car Wilhem ne livre pas ses infos si facilement ! Demandez-lui qu’il vous contacte par mail sur le site, et vous recevrez chaque semaine des instructions vous permettant d’avoir accès au code de l’épisode protégé.

Wilhem

Wilhem, le clochard. Parano, illuminé, théoricien du complot... ou juste un visionnaire ?

Mais comment réalise-t-on un projet d’une telle ampleur, me direz-vous ? MediaEntity est en développement depuis 5 ans, c’est un projet qui a beaucoup évolué. Une fois n’est pas coutume, les investisseurs, ne sont pas issus du milieu de la bande dessinée. Tout d’abord, en 2008, c’est le Fond d’Aide à l’Innovation du CNC qui permet aux auteurs d’écrire sereinement. A partir de 2009, le Transmedialab d’Orange accompagne le développement du projet. Au terme de cette phase, MediaEntity, qui s’appelle alors l’Enfant Perdue obtient le prix du jury lors de la Nuit des Médias.

Autre originalité, la forme juridique. MediaEntity est publié sous licence Creative Commons (CC BY-SA-NC), l’idée étant d’avoir un univers « modulable », qui puisse s’adapter sur le long terme aux envies et besoins de différentes communautés. A leur intention seront diffusés prochainement des documents de recommandation, afin que tout un chacun puisse créer des « blocs narratifs » compatibles avec l’univers de MediaEntity. Pour les « rôlistes » par exemple, des Guides de Création de Personnages et de leurs Mutations pourraient être réalisés. Libre aux geeks, aussi, de créer une nomenclature (tags, hashtags) pour le référencement des actus relatives au projet, ou encore pour agréger ce qui dans l’actualité médiatique paraît clairement être le fait d’identités numériques usurpées !!!

personnages

MediaEntity possède une galerie de personnages haute en couleur !

Enfin, Emilie et Simon ont réfléchit à l’un des Talons d’Achille récurrent de la BD numérique : le modèle économique. Et là, les modules transmédias précédemment évoqués ont une réelle responsabilité : si certains seront autofinancés, d’autres permettront de multiplier les possibilités de collaboration avec différents acteurs économiques. Autre piste, des déclinaisons pourraient être publiées en collaboration avec des partenaires classiques, comme les éditeurs BD traditionnels par exemple. D’autres seront proposés à la communauté en crowd-funding. Enfin, bien que l’ensemble du projet soit publié sous licence Creative Commons, il serait possible à terme de commercialiser des œuvres dérivées, si tant est qu’elles apportent quelque chose de neuf à la communauté.

L’envie de partager une histoire sur le long terme, et avec des communautés diverses. L’indépendance éditoriale. La viabilité économique. Et surtout des débuts artistiquement prometteurs, un scénario qui s’annonce passionnant… Nous vous l’avions dit, le lancement de MediaEntity pourrait faire date dans l’histoire de la bande dessinée numérique ! Alors en attendant la publication de leur interview, dans nos colonnes, allez consulter leur site, le trailer, leur page Facebook, leur compte Twitter, et le scoop.it où Wilhem tient une revue de presse hebdomadaire sur l’actualité des mutations !

Création Numérique